//
you're reading...
Critique d'ouvrage, International, Minorités, société

10 livres pour construire la Bretagne de demain – 2 : Une aventure galloise : portrait d’une petite nation solidaire.

Lorsqu’on a lancé l’idée des 10 livres pour construire la Bretagne de demain, je me suis demandé si j’allais chroniquer le fameux Comment peut-on être breton ? de Morvan Lebesque. Et puis non. Si certains passages restent très intéressants, une bonne partie de l’ouvrage a désormais bien vieilli, et il serait temps de se mettre au goût du jour. Le problème, justement c’est que 40 ans après on se réfère encore trop souvent à ce livre, faute de lui avoir trouvé un successeur. Symbole de l’indigence intellectuelle du mouvement breton ?

Il existe toutefois un livre contemporain qui m’y a fait penser ; écrit par un breton, et qui parle non pas de la Bretagne mais du Pays de Galles ; et dans lequel sont comparées assez régulièrement les situations des deux pays.

La genèse : en 2005, après le vote non à la constitution européenne, Jean-Yves Le Disez – par ailleurs maître de conférence à l’UBO – décide de parcourir le Pays de Galles pour découvrir  à partir de ce petit pays si le Royaume-Uni constitue bien l’enfer libéral décrit par tous les médias. Ministre, responsable de structure culturelle, entrepreneur, artiste, scientifique, agriculteur, journaliste… Il va rencontrer des gens de différents pans de la société galloise, et dresse dans ce récit de voyage un portrait de toute la société.

Deux fils conducteurs guident le parcours du livre : tout d’abord, qu’est ce que la community (terme qu’on aurait bien du mal à traduire littéralement en français…), cette notion qui imprègne l’ensemble de la société galloise ? Comment fonctionne la société, le lien social, le vivre ensemble ? Le Pays de Galles est-il un pays communautariste ? Comment conjuguer renouveau du lien social et intégration des nouveaux arrivants ? Ensuite, qu’est ce que la reconnaissance de la nation galloise et la dévolution de 2003, autrement dit la création d’un véritable parlement gallois doté de pouvoirs étendus, ont changé ?

A partir de ces deux points, sont évoqués toutes sortes de sujets : écologie, économie, patrimoine, culture et politiques culturelles, logement, résidences secondaires, évolution du welfare state… On voit par exemple sur ce dernier point comment l’Assemblée galloise a naturellement pris le relais des insuffisances de l’Etat britannique, et bien au-delà contribue à construire un nouveau Pays de Galles de la solidarité.

L’auteur fait très souvent des parallèles entre les situations au Pays de Galles et en Bretagne aujourd’hui. Il met en avant tous les points communs des deux entités, montrant qu’il manque à la Bretagne un simple déclic pour avancer. En revanche, – et c’est la seule réserve qu’on puisse faire sur cet ouvrage – on sent que l’auteur ne va pas jusqu’au bout de la logique qu’il esquisse. Il n’affirme pas clairement que la Bretagne dispose du même potentiel de développement que le Pays de Galles ou les autres nations minorisées d’Europe. Auto-censure ? Comme il le dit lui-même après une discussion avec un gallois sur le sujet : « Je me demande si j’aurais le courage après ça de rentrer en Bretagne, ou je passerais pour un fou, un dangereux illuminé, si je disais la moitié de ce que vient de me dire cet homme tout sauf dangereux, ce notable, cet homme bien sous toutes les coutures »

Une aventure galloise est un livre qui parle aussi bien au cœur qu’à la raison. Ce n’est pas un livre scientifique, même si l’auteur est professeur d’université. Il n’y a pas par exemple de méthodologie sociologique appliquée. Sa force est ailleurs, notamment dans les citations d’anthologie, la force des mots, aussi bien de l’auteur lui-même que des nombreux gallois rencontrés. Et néanmoins, au cours de ses diverses rencontres, l’auteur rend compte de sujets assez techniques, parfois politiques, qui nous apprennent énormément sur la façon de fonctionner du Pays de Galles aujourd’hui. Si on creuse un peu par d’autres sources (par exemple les actes du colloque de Brest de 2007 – Quelle(s) image(s) pour le Pays de Galles, autre ouvrage de référence), on voit que les constats évoqués ici s’appuient sur des réalités démontrées.

Mais ce livre nous offre aussi à rêver. Il nous montre ce que pourrait être la Bretagne dans 20 ans. Tout n’est pas parfait ; il y a des tensions, des oppositions, on entend parfois des voix dissonantes ; mais la société avance dans le bon sens. Et à travers ces 250 pages, on voit le développement d’un projet qui fait envie, loin du bling bling et de la corruption généralisée de la classe politique française.

En bref, un livre à offrir pour faire rêver… Et réfléchir.

Pour terminer voici trois mots, parmi tant d’autres…

Beaucoup de gens qui ne se voient pas comme des sympathisants du parti gallois font aujourd’hui des choses qu’ils auraient qualifié il n’y a pas si longtemps de « nationalistes ».

Ned, coordinateur d‘un projet de journal quotidien en gallois.

Je dis community pour désigner l’appartenance à un réseau de gens que l’on connaît, avec des racines dans le passé et un désir de se projeter dans l’avenir, autour de valeurs partagées, de respect mutuel, etc. […] Les anglais peuvent faire partie de la communauté, aucun problème, mais à condition d’inscrire leurs enfants à l’école du coin, d’apprendre le gallois, bref de jouer le jeu.

Robin, écrivain, chef d’entreprise (directeur du centre culturel de Portmeirion, 200 salariés, 250 000 visiteurs/an).

Nous sommes un pays communautaire, c’est une chose très précieuse. Les communautés peuvent bien sur être tentées de se replier sur elles-mêmes, mais elles sont irremplaçables, elles sont la vie même. A l’assemblée, nous avons un sacro-saint principe. : ne jamais créer de divisions administratives qui ne recoupent pas les frontières naturelles.

Jane, ministre de l’éducation du Pays de Galles.

Une aventure galloise : portrait d’une petite nation solidaire. Jean-Yves LE DISEZ, Coop Breizh, 2006

KJ

Publicités

Discussion

Rétroliens/Pings

  1. Pingback: La revue N. 10 : mer « Sterne - 31/10/2011

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :